Julie Ciers

Des pseudonymes de la roussette

Autrefois, on trouvait chez le poissonnier l’anguille de rivière dans la vitrine. Les gens ne savaient pas qu’il s’agissait d’une espèce de requin, la roussette. Car qui voulait manger du requin? Dans la conception des gens, les requins mangeaient les hommes, et non l’inverse. Et l’anguille de rivière était un poisson délicieux.

La roussette était de la nourriture pour le peuple, il n’était pas cher, avec une chaire bien fraîche et blanche, de goût délicieux et ne contenait pas d’arêtes. Et en plus presque sans graisse. Le poisson comme on aime le manger aujourd’hui. On pouvait l’acheter sans peau, en morceaux fumés à chaud ou en saumure.

En 1993, la roussette disparaissant de la du commerce: l’arrêté royal apparaissait qui déterminait à partir de cette date les dénominations officielles à utiliser dans la vente.  Commercialiser la roussette comme ‘anguille de mer’ était devenu de la fraude, de la « tromperie nationale ». L’anguille de mer est en effet une toute autre espèce, avec le nom latin conger conger, voir photo.

Zeepaling

Des contrôleurs réprimaient les infractions et le nom ‘anguille de rivière’ n’était plus retrouvé. En appelant le poisson avec son nom véritable, il devenait anonyme. Personne ne le demandait. En 2015, la roussette était couronnée « poisson de l’année » pour attirer à nouveau l’attention sur ce poisson oublié.

Dans d’autres langues, nous retrouvons ce même phénomène de nom abusif, en Angleterre, la saumonette (dogfish) était vendue comme « saumon des rochers » (rock salmon); en France et en Wallonie, la roussette est parfois aussi appelée saumonette.