Kayleigh Segaert

Poissons blancs : approvisionnement de pêche en baisse – d’aquaculture en croissance

 

 

Les prévisions pour l’approvisionnement des espèces de poissons blancs les plus importantes indiquent une légère baisse pour 2019.  L’aquaculture, par contre, maintient la tendance d’une production croissante année après année.

Si nous examinons plus spécifiquement les espèces de poissons blancs les plus importantes, l’image suivante des attentes pour 2019 apparaît :

  • L’approvisionnement du cabillaud – aussi bien l’atlantique que le pacifique – va continuer à baisser cette année. Ceci est la conséquence des diminutions des TAC (Total Allowable Catch ou volume de pêche permis ) pour le cabillaud de la mer du Barentsz avec 6% par rapport à 2018, et pour le cabillaud pacifique de la mer de Béring et du golfe d’Alaska avec 14% par rapport à l’année passée. En conséquence, le prix du cabillaud atteint des niveaux de prix records, sans aucune perspective d’amélioration de cette situation.
  • Pour l’églefin l’approvisionnement va également baisser : l’augmentation limitée du quota de l’Islande ne compense pas les réductions des TAC pour l’églefin de la mer de Barentsz.

  • Les prévisions sont que les quotas du lieu noir, tout comme dans les 3 années précédentes, vont légèrement augmenter. Ceci maintiendra au mieux les prix à un niveau stable, si la grande demande ou des pêches irrégulières n’entraînent pas des légères hausses.

  • Comme pour les trois années précédentes, le TAC de plie de la mer du Nord a encore été réduit: cette année, 12% de moins peuvent être capturés qu'en 2018. En conséquence, les prix restent à un niveau historiquement élevé.

  • Également les quotas pour le merlan ont été diminués pour toutes les zones de pêche importantes. Cependant, la demande reste au même niveau, ce qui entraîne des prix élevés.

  • L’approvisionnement de la dorade-sébaste ne devrait pas ou très peu s’écarter de celui de l’année 2018, mais en raison de la forte demande de cette espèce – en Europe pour la dorade-sébaste fraîche et en Asie la surgelée – les prix vont subir une « pression à la hausse »

  • Pour le colin d’Alaska, le merlu du Cap, le hoki néo-zélandais et le merlan bleu austral, la situation est comparable avec celle de la dorade-sébaste : les quotas sont stables, mais comme la demande est supérieure à l’offre, les prix restent élevés avec une tendance à la hausse.

WIldvangst grafiek

En ce qui concerne les espèces de poisson blancs d’aquaculture les plus importantes, une hausse de la production du pangasius de 5 à 6% est attendu. Après une période de fortes augmentations, la capacité d’aquaculture va augmenter, mais une pénurie des ‘fingerlings’, les alevins ou juvéniles, reste un facteur limitant important. Parce la demande de pangasius de la Chine et des Etats-Unis se stabilisera assez bien, la légère augmentation de la production devrait trouver son chemin vers l’Europe.

Aquacultuur grafiek

 

Si nous regardons un peu plus loin, la demande mondiale de poisson continuera à augmenter d’environ 1% d’année en année, non seulement en raison de la croissance de la population mondiale, mais également à cause de l’augmentation du revenu disponible dans les économies émergentes. Si nous comparons cela à la réduction des quotas pour de nombreux stocks de poisson sauvage, la conclusion ne peut être différente de celle qui prévaut que pour la plupart des produits de la pêche, les prix resteront probablement à un niveau plus élevé.